Sauvons le pays !
Catégories

Ni le Présent ni le Passé ne permettent de répondre positivement. Quelle autre source d’information pourrait le faire ? 

Le Présent les contraint au régime de la pensée unique du Libéralisme.
Le Passé, lui, ne leur a offert que les régimes des Hordes, des Etats religieux, des Rois, des Empereurs, des premières tentatives du Libéralisme, des Partis Uniques, des Guides Suprêmes et des Républiques confisquées.
Pourtant, il suffira de quelques lignes pour procéder à l’analyse et à la transposition du contenu d’une Vidéo consacrée non à l’Humanité mais à la Nature pour en tirer une conclusion beaucoup plus positive.


Les difficultés des citoyens

Les Citoyens ont l’impression de n‘être rien dans la préparation de leur avenir. Ils n’obtiennent même pas ce qui leur avait été promis lors des campagnes électorales.
Ils sont tellement découragés qu’ils n’écoutent pas (quand ils ne leur font pas la chasse) ceux qui leur font remarquer qu’ils sont un Trésor de dynamisme et de compétences que la Classe Politique doit organiser pour le plus grand profit du Pays.

Ce que montre une vidéo : l’Aigle et les Chamois ou le Prédateur et la Proie

La vidéo

https://www.facebook.com/redbulladventure/videos/vb.561117677302495/945883358825923/?type=2&theate

commence par une majestueuse mais violente scène : le Prédateur repère des Proies et, grâce à sa maitrise du milieu aérien, parfaitement adaptée à sa vie de prédateur, les rejoint et plante immédiatement ses serres sur le dos d’une proie.
Une autre proie potentielle assiste, impuissante, à l’agression. Impuissante oui, indifférente non puisqu’elle ne quittera pas son infortunée compagne de toute l’attaque !

Le document montre ensuite la proie qui, répond immédiatement à l’agression, grâce à sa maitrise déstabilisante du milieu montagnard, parfaitement adaptée à sa vie de proie, obligeant ainsi le prédateur à devoir maintenir son équilibre et surtout à renoncer à pousser plus avant son avantage sur elle.
Dix secondes plus tard, la proie ayant réussi à reprendre l’initiative, par un formidable instinct de conservation, se lance dans trois descentes vertigineuses avec culbutes dont le prédateur sort éjecté et sans réaction.

La supériorité apparente du prédateur, acquise par l’initiative prise de déclencher une attaque, venait d’être détruite par la riposte d’un animal désinhibé de sa condition de Proie.
L’épisode illustrait ainsi la réflexion de La Boétie : « Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux ».

Quel rapport entre le découragement des citoyens et le combat prédateur-proie ?

L’histoire de la proie et du prédateur peut être transposée et devenir celle des Citoyens et du Libéralisme et ce, jusqu’à la fin heureuse.

Au Prédateur correspond le Libéralisme.
A la force physique du Prédateur correspond celle des capitaux du Libéralisme.
A la faculté qu’a la proie d’utiliser occasionnellement mais triomphalement sa vivacité comme arme de défense correspondent des atouts tout aussi peu utilisés par les Citoyens, comme leur effectif (certains parleraient, peut-être, de troupeau), leur bon sens et leur modération à l’égard de leurs frères et de l’univers.
Les Citoyens ont même un atout dont ne dispose pas la Proie : ils devraient être mûs par un sentiment de rejet du Libéralisme car ils subissent de sa part une oppression permanente car elle n’obéit pas à une nécessité biologique mais psychiatrique tandis que la Proie et le Prédateur ont des comportements réglés par cette seule nécessité biologique et, de ce fait, se comprennent et se respectent.
En allant plus loin, la proie non agressée dans la vidéo peut être comparée aux Citoyens « en réserve de la République » et la proie en lutte, à tous les mouvements associatifs citoyens.
Nous ne retrouvons pas les hommes politiques dans cette démonstration. Ils seront toujours « Du côté du manche » avait répondu Talleyrand ! Aux citoyens d’être ce manche !

Les résultats prévisibles de cette comparaison

On peut donc penser raisonnablement que si ces atouts, plus nombreux et de meilleure qualité (sentiment d’injustice) pour les Citoyens que pour la Proie, étaient mis en jeu, le résultat de la résistance décomplexée des Citoyens contre le Libéralisme serait peut-être encore plus surprenant que celui de la proie contre le prédateur.
Mais comme l’Homme triomphe toujours plus durablement par ses qualités que par sa brutalité, il faut souhaiter que les Citoyens, après avoir repris les pouvoirs qui leur reviennent aux partisans du PROJET des FORTS ET DES FAIBLES, réussissent à imposer au Monde le MODÈLE de la NATURE, basé sur LA DIVERSITE et l’HARMONIE.

Amalric Eulsaur

Laisser un commentaire