Sauvons le pays !
Catégories

Trois Partis s’affrontent à cette Présidentielle

Le premier parti a une grande expérience de gouvernement. Il inquiète toujours les tenants du « on ne touche à rien » par sa volonté de vouloir modifier la Société vers plus de Solidarité et déçoit ceux du « il faut que ça change », par son Bilan insuffisant.

Le deuxième, d’aussi grande expérience, ne propose aux Citoyens que la pauvre perspective « de travailler plus pour consommer plus »… de stupidités.

Le troisième, extrémiste mais exempt d’échec puisque exempt d’expérience de gouvernement, inquiète par le simplisme de ses idées qui semble mener directement à l’autoritarisme – tout est simple et n’a pas à être mis en discussion- et déçoit par la supercherie qui consiste à ne faire état que des seules erreurs politiques : nombreuses pour les deux grands partis de gouvernement et inexistantes pour lui, qui n’a jamais géré, pour en tirer vite la conclusion (ce fameux simplisme) qu’il est le meilleur pour cette Présidentielle !

Compte tenu de ces forces en présence, nous allons essayer de dégager les scenarii issus du statu quo actuel -basé sur les éminents alchimistes et les citoyens-grouillots- et aussi de proposer un scénario nouveau.

Deux scenarii issus du statut quo actuel

Les deux partis de gouvernement ont réussi à diaboliser le parti extrémiste pendant la campagne Présidentielle

Les mécontents empêchent, comme d’habitude, la prise du pouvoir par le troisième parti.

Coup de théâtre : les mécontents se rangent majoritairement du côté du troisième parti et lui donnent le pouvoir

Les deux partis de gouvernement ne sont parvenus ni à rendre acceptable leur bilan économique et social, sans doute trop détérioré par la Crise ni à rendre le troisième parti aussi effrayant que d’habitude.

Un scénario nouveau, digne d’un grand chef d’État: d’une part le fonctionnement démocratique est amélioré et d’autre part le vote blanc est classé dans les suffrages exprimés pour stimuler les partis traditionnels et barrer la route au parti extrémiste

Les deux partis de gouvernement comprennent que, pour espérer, cette fois, barrer l’arrivée au pouvoir du parti extrême, ils ne peuvent pas compter sur une amélioration des résultats économiques et sociaux d’ici les présidentielles. Ils doivent agir concrètement pour faire baisser le nombre de mécontents

Le fonctionnement démocratique est amélioré d’ici les présidentielles : les partis traditionnels vont logiquement évoluer

Ils comprennent même que ce changement devra être tout-à-fait radical pour que les électeurs semi-mécontents renoncent au vote pour le parti extrémiste.

Il faudra plusieurs semestres de consultations, de mises au point et de referenda pour aboutir à ces modifications mais notre armée de constitutionnalistes saura faire !

Tout juste faut-il envisager, à 18 mois des présidentielles, de les reculer de quelques mois.

Le vote blanc est classé parmi les suffrages exprimés

En prolongement logique de la Loi du 22 février 2014 (décompte à part) , le vote blanc est classé parmi les suffrages exprimés. Les mécontents diminueront en nombre du fait du nouveau fonctionnement démocratique et surtout pourront exprimer leur défiance sans voter pour le parti extrême mais en votant blanc.

La démocratie est sauvée de l’aventure extrémiste

Les votes blancs des mécontents seront reconnus puisqu’ils pourront se dénombrer mais ils ne conduiront pas à l’aventure extrémiste.

Mais il faudra encore que nous n’écoutions pas les politiciens qui pourraient proposer cette seule institution du vote blanc et le report de l’amélioration du fonctionnement démocratique. En effet, ce vote blanc pourrait conduire à ce que les voix pour les partis de gouvernement soient si faibles que les présidentielles pourraient être contestées (recomptage…) une fois, et peut-être plus, ce qui générerait une crise politique grave.

Au contraire, compte tenu de ces deux mesures, le vote pour les partis démocratiques l’emportera aux Présidentielles et sera même fortement revalorisé par l’amélioration du fonctionnement démocratique par laquelle il aura fallu passer pour barrer la route à la tentation extrémiste.

Conclusion

Le troisième scénario paraît inévitable pour sortir du marasme qui, s’il ne touche jamais les pouvoirs, touche toujours la grande majorité des Citoyens.

Une pétition au Président de la République, écrite par des spécialistes, et présentée par des sites connus pour leurs bons résultats, pourrait lancer cette double réforme bientôt suivie, je l’espère, par une toute jeune association citoyenne.

Amalric Eulsaur

Laisser un commentaire