Sauvons le pays !
Catégories

dette


Quels acteurs souffriront le plus de chaque nouvel échec : Gouvernants, Citoyens, Prêteurs ? (*)

Les Gouvernants souffriront peu car ils feront probablement en sorte que les Prêts soient toujours accordés et satisfassent les Citoyens et les Prêteurs.

Néanmoins ces Gouvernants pourraient souffrir en choisissant une position moins confortable : dépenser plus en mesures de précaution (maintenir le stock des dispositifs de protection de la Population) tout en refusant d’emprunter. Ce refus serait décidé s’ils pressentaient que la Situation financière risquait de se dégrader très brutalement.

Les Citoyens souffriront car ils seront toujours, via l’impôt, la proie de l’Etat pour rembourser la Dette.

 

Les Prêteurs qui, s’ils avaient pris modèle sur le traitement des Citoyens (interdit bancaire, hypothèque, saisie de Biens…) auraient dû cesser de prêter depuis longtemps, souffriront quand ils auront compris que, à ce haut volume, la Dette deviendra une menace insupportable, les rapprochant , dans leur destinée de RUINE,  des Gouvernants et du Peuple  -les prédateurs disparaissent toujours avec leurs proies- et pouvant déboucher sur un scandale comme il n’en a jamais existé.

A ce point de bouleversement il semble qu’il faille Organiser une Conférence Internationale.

Quand les Prêteurs ne pourront plus utiliser le système actuel de prêts il y aura encore deux décisions possibles.

Soit les Prêteurs prennent le contrôle total des Pays emprunteurs comme il en advient des entreprises endettées

, afin de s’assurer qu’ils sauveront « leurs mises » et qu’ils ne souffriront pas de l’effacement de cette Dette. Ils feraient alors l’expérience de la VRAIE VIE et de l’administration d’une population différente de celle des actionnaires.

Probablement les Gouvernants, moins impopulaires que les Prêteurs, seraient à l’origine de la suggestion. Pour la première fois ils auraient à souffrir.

Les Citoyens placés dans cette situation prendraient conscience de la gravité de la situation et de leurs droits peut-être plus que lorsqu’ils avaient affaire à leurs « représentants élus ». Ils auraient certainement fort à souffrir d’être confiés à une entité aussi mal préparée.

Qu’en adviendrait-il ?

Soit la dette des Gouvernants est effacée à l’instar des « emprunts russes »

si les Prêteurs échouent dans ce premier arrangement ou le refuse.

La condition serait alors que les Gouvernants s’interdiraient, à partir de ce jour de l’Accord, d’emprunter ce qui mettrait fin à quarante ans de Dette, de dérèglements (**) ayant eu des conséquences désastreuses dans le Civisme, l’Humanisme, l’Environnement, le Bonheur, des Gouvernants comme des Prêteurs et des Citoyens…dans la mesure où lorsqu’on perd de vue la Vertu on s’autorise les Excès, qui, par définition, sont illimités, et on perd l’Equilibre !

Les Entreprises pourraient, elles, emprunter mais avec modération ne pouvant pas compter, comme l’Etat, sur des impôts!

 

A E 24/10/20 + 27/10/20

* : Les avertissements existaient : « Errare humanum est perseverare diabolicum »; « La politique de la France ne se fait pas à la corbeille » (Président de la république française Charles de Gaulle)

** : Comptes de Campagne de Chirac, Balladur, en 1995 ; de Sarkozy en 2007 ; Affaire Tapie BNP


Les raisons profondes de l’échec à rembourser les Dettes : Mévente des produits et une Dette totale Insensée

Mévente sur les produits créés et achetés par nos citoyens

soit parce qu’ils satisfont des besoins vitaux déjà largement pourvus,

soit parce qu’ils satisfont des « besoins » nouveaux jugés trop superflus par nos Citoyens qui ont gardé un Bon sens ancestral de ce qui est valeur et non-valeur.

Mévente ou obligation de sous-traitance sur les produits nouveaux proposés aux Pays Pauvres :

Notre schéma productiviste ne peut pas réussir chez les pays pauvres même avec des produits vitaux pour eux : ceux-ci à juste titre voudraient que les prix soient très bas et nous aurions dû en produire une quantité infinie pour atteindre le bénéfice escompté.

Il ne peut réussir chez eux qu’en faisant travailler des salariés de ces pays, ce qui est devenu une priorité pour eux. Il en tirerait seulement comme bénéfice une sorte de prime de brevet.

Mévente des produits nouveaux dans les Pays Riches qui ont déjà amorti les investissements correspondants

Mévente des produits trop chers parce que conçus selon des procédés plus respectueux de l’Environnement

Méventes à attendre sur les prévisions dans tous les domaines

La finitude des réserves pillables, la fragilité de toutes les espèces de notre chaîne alimentaire eu égard aux attaques chimiques …et le réchauffement climatique d’origine industrielle (s’ajoutant peut-être à d’autres) devraient ralentir progressivement les possibilités de production de produits nouveaux.

Enfin ce qui ruine aussi toute relance c’est l’énormité de la Dette à rembourser

La masse des besoins satisfaits, des salaires induits et des suppléments d’impôts est inférieure aux prévisions : l’Etat ne peut plus rembourser intégralement ses Dettes.

Les propos lénifiants des Gouvernants, l’angoisse des Citoyens : la Mésentente Feutrée

A chaque bilan négatif, les Gouvernants empruntent, détruisent des services publics pourtant véritables -garde-fou de l’Etat, des Prix et de l’Ordre si cher à toute Société- et taxent les Citoyens pour ne pas toucher ouvertement aux salaires ni aux impôts directs tandis qu’ils font des cadeaux aux Sociétés (paradis fiscaux).

Le gouvernant s’engage sur le remboursement de cette nouvelle Dette en usant de toutes les subtilités de la Langue française.

 

Pendant ce temps les Citoyens ne trouvent pas quel fait favorable nouveau pourrait faire que la France réussirait après 40 ans d’échec

Et comme ils ne peuvent s’appuyer sur aucune opposition parlementaire pour faire éclater la réalité la mésentente feutrée s’installe, totalement stérile.

Après cette mésentente feutrée qui est aussi peu rassurante que l’opposition des plaques tectoniquesqui dégénère toujours, faudra-t-il un jour changer précipitamment de politique et renoncer aux sources de mévente et aux Dettes (article suivant en préparation) ?

Amalric Eulsaur 24/10/2020


Les Pays « développés » ont tendance à faire des Dettes (les Rois déjà malgré leurs impôts).

Il y a quarante ans la France a recommencé, confortée par des économistes qui n’ont jamais tort.

La vérité sortant peut-être de la bouche du Citoyen, j’ai présenté le plus simplement possible l’origine et les conséquences de cette stratégie de la Dette.

Continuer la lecture


Je suis si hostile à la tromperie d’un Gouvernant qui exagère la complexité des décisions -tandis que le même trouvait toute simple dans la Vie quand il cherchait à être élu- que je vais, ici, sans aucun complexe, en chercher la raison avec les mots les moins « fumeux », les plus triviaux possibles. Je désignerai par faibles les Citoyens, forts les Chefs Politiques et Forts le Capital Industriel et Financier. Continuer la lecture


Depuis environ 40 ans de Libéralisme, les Citoyens acceptent des rémunérations basses et tolèrent les spéculations des Grandes Sociétés dans l’espoir, toujours déçu, de devenir moins pauvres et de participer ainsi par leurs impôts plus importants à la résorption de la Dette.

Parallèlement ces mêmes citoyens sont devenus mieux informés et apprennent que l’éventail des salaires s’élargit à leurs dépends.

Tort-on le cou à ce problème de la Dette non épongée ou accepte-t-on une dérive vers la révolte incontrôlée ?

Déjà l’article 78 esquissait l’hypothèse d’annuler la Dette et ses conséquences momentanées sur les relations de la France avec les autres Pays de l’Europe.

Les lignes suivantes se placent à l’origine des Dettes et non à ce que les débiteurs devront en faire.

Continuer la lecture