Sauvons le pays !
Articles récents
Catégories

Les claires alertes du Laboratoire Européen d’Anticipation Politique étaient parfaitement connues du monde politique européen mais savamment cachées aux peuples : Il fallait éviter qu’ils réclament un changement de politique.

En France le mouvement de revendications « gilets jaunes » de la fin 2018 est le premier désaveu de la politique néo-libérale de l’Europe exprimé sans référendum, à la seule initiative du peuple.

Il semblerait que les revendications soient amenées à se multiplier et à ne rencontrer aucune volonté de dialogue avec les peuples de la part de la Commission néo-libérale, trop accoutumée à la facilité de gérer suivant les simplistes et intolérantes tables de la Loi néo-libérale.

Quels pays, la France, l’Italie …vont obéir pour éviter une explosion ou, au contraire, quitter l’Europe en expliquant une bonne fois ce qui ne fonctionne pas ?

Quelques éléments de l’attitude de la Commission Européenne révélés très récemment

Le discours du président J-Cl Juncker à l’Assemblée nationale française prévu le 4 décembre a été reporté

Il est stupéfiant de constater que le président responsable des directives néo-libérales d’austérité (Gopé) renonce à dialoguer avec les français au moment où ceux-ci multiplient leurs revendications devant la grande difficulté dans laquelle les place cette Europe qu’ils avaient refusée au référendum de 2005.

[http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/12/03/97001-20181203FILWWW00100-assemblee-discours-de-juncker-reporte-au-profit-de-questions-au-gouvernement.php]

Au Moyen Age le responsable essayait toujours de garder le contact avec son Peuple ou était chassé.

La Commission européenne s’inquiète du déficit français

Neuf jours après le renoncement à dialoguer de J-Cl Juncker un média français fait état des inquiétudes assez précises – si l’Italie doit être jugée pour ses dérapages, que faire avec la France ?- de la Commission européenne.

Le mot « jugée » effraie et conduit à s’interroger sur le degré d’empathie qui existerait entre la Commission et nos peuples. C’est à se demander si elle s’apercevrait de notre absence si nous devions la quitter.

[https://www.francetvinfo.fr/economie/deficit/la-commission-europeenne-sinquiete-du-deficit-francais_3096883.html] du 12/12/2018]

(A suivre)

Amalric Eulsaur

Laisser un commentaire