Sauvons le pays !
Catégories

Evolution des appels à l’unité nationale et des niveaux de ralliement des Politiques à ceux-ci

De tout temps les Politiques ont cherché à préserver leur avenir personnel tout en le faisant officiellement passer derrière l’avenir de la Nation quand cela était manifestement nécessaire pour faire accepter aux Citoyens l’idée de solidarité jusqu’au sacrifice de leur vie.

Les appels de 1914 et de 1939

L’énorme sacrifice demandé pour ces deux grands conflits a conduit à un net engagement des Politiques dans les appels à l’Unité Nationale.
De cette époque, les Citoyens ont gardé une croyance dans la solidarité des Politiques avec eux et ont, en contrepartie, accepté de payer un lourd tribut.

L’appel actuel

Alors qu’une série d’agressions avait frappé mortellement notre Population, celle-ci pense avoir compris pour quels motifs le Président a lancé un appel à l’Unité Nationale : d’une part L’assurer que le Pays répondrait efficacement mais sans esprit d’aventure et d’autre part L’appeler à se protéger en faisant preuve de solidarité et de prudence.

L’attitude des Citoyens

Ils doivent comprendre que l’enjeu est tout aussi grave qu’un engagement militaire national puisqu’il s’agit d’un engagement permanent de protection mutuelle. Par solidarité, ils acceptent l’Unité Nationale.

Deux attitudes possibles pour les Politiques

Première attitude : la surenchère pour mieux refuser

Certains Politiques pourraient faire de la surenchère sécuritaire –promettre des mesures qu’ils n’ont jamais prises quand ils en avaient le pouvoir ou qu’ils savent irréalistes, bref faire des moulinets- pour refuser l’Unité Nationale, préserver leur avenir personnel (renouveler ou acquérir un siège électoral, GAGNE PAIN CAVIAR) et faire gagner les très prochaines élections régionales par leur parti, en perte de vitesse.

(17/11/15) Contrairement à quelques Politiciens dignes, plusieurs « ténors » ont adopté cette attitude ce jour, confirmant mes doutes du 16 et suscitant immédiatement la désapprobation de la Population.

La gravité de leur situation accroissant leur lucidité, les Citoyens découvriraient que les Politiques, n’ayant pas besoin de les mobiliser physiquement, n’hésitent pas, pour la première fois de l’histoire moderne, à s’en éloigner ouvertement et à refuser l’Unité.

Ils ne pourraient qu’en tirer des conclusions extrêmement défavorables aux Politiques.
Mais ils pourraient ne pas s’arrêter à cette déception improductive. Ils pourraient constituer des dossiers de ces déclarations =>

(17/11/15) je ne dois pas être le seul à l’avoir fait (identité, lieu, date) pour ce qui regarde  les « dignes » comme les « ténors » .
(18/11/15) les ténors du 17 ont « rétropédalé ». Pour quelques jours seulement, comme d’habitude ? Pas obligatoirement si les citoyens, par leurs dossiers, maintiennent vivace le souvenir de ce manquement à la solidarité, signent des pétitions pour l’Unité comme celle accessible par le site http://noussommesunis.wesign.it/fr/ et finalement font craindre l’échec électoral (toujours la seule préoccupation) en cas de manquement à l’unité nationale,  autrement dit si les citoyens cessent d’être « taiseux » et découragent les parleurs.

= > et, en cas d’obstination des Politiques, les transmettre à l’Association Citoyenne –comme cela se fait dans le domaine de la Consommation- cette association citoyenne dont on pressent décidément l’urgent besoin.

Seconde attitude : l’Accord avec participation active et créative

La Prévention étant toujours préférable à la Sanction, espérons que la détermination et le réalisme des Citoyens arriveront jusqu’à la conscience de ces Politiques –par le fait même de l’existence de ces dossiers- et qu’ils accepteront rapidement l’Unité Nationale.

La difficulté de la décision courageuse étant passée, on devrait même voir des Politiques, particulièrement idéalistes, dynamiques et intelligents, devenir fort actifs dans cette Unité Nationale et même en tirer des bénéfices pour leur accomplissement politique !

Les politiques doivent décider en sachant que les citoyens vont de plus en plus garder des traces de leurs actes

Le temps des Chroniqueurs du Roy est bientôt passé !

Amalric Eulsaur

Laisser un commentaire